2017 11 Newsletter Fédération

aide-memoire-banniere

Dossier en cours

Matières régionales

Réforme APE 

Une réforme du dispositif APE est prévue pour début 2019, nous vous tiendrons informés dès que nous aurons plus de nouvelles sur les modalités pratiques de celle-ci.  Les APE « Plan Marshall » seront reconduits jusqu’à leur terme, fin 2019, aux mêmes conditions qu’actuellement.  La Fédération des CPAS sera consultée sur cette réforme et tentera de l’infléchir dans l’intérêt des CPAS et de leurs besoins.

Attention : nous rappelons que la date limite pour la remise des dossiers APE spécifiques, ainsi que pour les cessions et rétrocessions de points, est le 30/11/2017, veillez à rentrer vos documents à temps.

marie.castaigne@uvcw.be

Dispositif permis de conduire

Parallèlement au monitoring du dispositif piloté par l’Intermire, la Fédération a mené une petite enquête cet été afin de faire le point sur ce projet. Et dans les deux cas, il est apparu que le dispositif ne fonctionnait pas très bien.

Les raisons qui peuvent expliquer cette mauvaise utilisation de la subvention sont diverses. Notamment le fait de devoir déjà avoir en main le permis théorique pour pouvoir bénéficier de l’accompagnement au pratique,  le fait que le budget soit limité à 1 000 €/personne, le fait que ce public n’est pas forcément celui qui est habituellement suivi par la Mire…

Suite à ces constats, le Comité directeur s’est déclaré en faveur du rapatriement de l’enveloppe permis de conduire dans le budget de la convention-cadre CPAS-Forem. Cela serait plus cohérent puisque le projet permis de conduire pourrait venir ainsi se greffer à un projet d’ISP plus large.

Cette proposition a été communiquée au Cabinet du Ministre de l’Emploi, Pierre-Yves Jeholet. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’évolution de ce dossier.

sandrine.xhauflaire@uvcw.be

Assurance autonomie – Avis sur les nouvelles orientations

Le Gouvernement a adopté une note d’orientation le 26 octobre 2017. Elle avait été présentée verbalement le 23 octobre aux Fédérations représentatives des services d’aide aux familles et aux aînés et des centres de coordination. Les lignes de force sont les suivantes. L’assurance autonomie est dorénavant annoncée pour début 2019, voire 2020. Elle comporterait deux branches. Dans la branche 1, 100 millions serviraient à développer davantage les services à domicile via des contingents d’aide ménagère sociale, d’aide familiale et de garde à domicile. Ils proviendraient d’une cotisation de 50 euros payée par toute personne de 26 ans et plus. La dépendance serait évaluée par les centres de coordination sur base du Bel-Rai screener. Une dépendance modérée ouvrirait le droit à l’assurance et ce afin d’essayer de limiter la perte d’autonomie. Le seuil serait donc « relativement bas » et des aides ménagères sociales interviendraient dans un premier temps. Dans la branche 2, l’APA serait maintenue intégralement dans tous les milieux de vie. Elle serait rebaptisée AFA (allocation forfaitaire autonomie). Aucun moyen complémentaire ne serait libéré pour les maisons de repos. Le budget s’élèverait à 416 millions. 180 seraient une reprise du budget SAFA et 136 du budget APA.

L’assurance autonomie est un principe positif qui fait sens pour le quotidien de nombreux Wallons à domicile. Egalement en maison de repos : c’est conforme à la déclaration de politique régionale et notre Fédération s’est battue à cette fin. Le maintien de l’APA sous un autre nom est une option raisonnable qui va dans le sens de ce que préconisait la Fédération des CPAS en maison de repos. Elle est à saluer.

En même temps, notre Fédération formule les propositions suivantes :

  • les règles actuelles de l’APA en matière d’âge (65 ans), de révision de catégorie et d’évaluation de la dépendance sont à maintenir. Une liaison des montants de l’AFA au bien-être est à instaurer ;
  • il faut moduler davantage la cotisation en fonction des revenus et prévoir un financement alternatif au moins dans son principe ;
  • il convient que les personnes bénéficiant du revenu d’intégration ou d’une aide sociale pour leur hébergement en maison de repos bénéficient de l’exonération du paiement de la cotisation ;
  • tous les SAFA devront avoir la possibilité d’avoir un contingent aide ménagère sociale ;
  • les problématiques sociales et des familles doivent pouvoir être prises en compte à part entière comme elles le sont actuellement, et non comme une dérogation à la perte d’autonomie physique ;
  • les montants de l’AFA doivent faire l’objet d’une majoration forfaitaire. Le champ d’application de cette allocation est à élargir de sorte que davantage de personnes puissent en bénéficier. Les 100 millions de moyens supplémentaires pourraient être répartis entre les deux branches en fonction de l’importance relative des budgets APA et SAFA ;
  • pour la branche 1, dans un souci de libre choix, afin d’éviter un goulot d’étranglement ou une forme de monopole ainsi que de prévenir une confusion de rôle, les évaluateurs suivants devraient être possibles : les centres de coordination, les médecins traitants, les infirmières à domicile, les SAFA. Les moyens prévus pour renforcer les centres de coordination doivent être explicités ;
  • il faut une codification précise des délais, dates et modalités à prendre en compte dans l’assurance autonomie pour la demande, la révision et la modification. En particulier, un délai de rigueur doit exister pour la réponse d’un centre de coordination à une évaluation de l’autonomie ;
  • un prestataire d’aide à domicile doit pouvoir être informé du bénéfice ou refus du bénéfice de la branche 1 de l’assurance autonomie ainsi que du nombre d’heures déjà prestées par d’autres services ;
  • pour les aides intensives, la tarification devrait tenir compte de l’intensité de l’aide ;
  • dans un souci d’économie dans les frais de gestion et de continuité de service, il convient de conserver les canaux actuels de facturation pour les SAFA via l’AVIQ et prévoir le paiement de l’AFA via l’AVIQ ;
  • les services d’aides ménagères sociales non marchands qui ne sont pas intégrés à un SAFA doivent pouvoir émarger de l’assurance autonomie sous certaines conditions ;
  • les citoyens doivent avoir une juste information de ce que recouvre et permet l’assurance.

Notre avis officiel sera prochainement sur notre site.

jean-marc.rombeaux@uvcw.be

Invendus alimentaires – La Fédération auditionnée au Parlement

La Fédération a été auditionnée au Parlement wallon le 17 novembre 2017 sur la problématique des invendus alimentaires (voir l’intervention de la Fédération  et la présentation PowerPoint) et notamment sur une proposition de Décret visant à organiser leur gestion et distribution. Une plate-forme informatique d’échanges des invendus alimentaires et des produits agricoles non standardisés serait créée. Tous les commerces de détail à prédominance alimentaire de plus de 1 000 m² seraient tenus de mettre leurs invendus alimentaires consommables à disposition de la plate-forme. Cette proposition s’inspire d’une expérience française existant depuis 2015. Votée par la majorité et l’opposition, elle semble donner de bons résultats : un chiffre de 10 000 000 de repas à des personnes démunies a été évoqué.

En 2016, environ 7,8 % de la population wallonne vivait dans un ménage en situation de déprivation matérielle sévère. La privation de protéines (du poisson, de la viande ou un repas riche en protéines tous les deux jours) touche un peu moins de 10 % de la population wallonne. Dans le même temps, des tonnes de nourritures comestibles sont jetées.

Globalement, la proposition va dans le bon sens. Sa mise en œuvre constituerait un progrès en terme d’efficience, d’intérêt régional, de développement durable et surtout d’aide sociale. Il convient qu’un service public gère la plateforme qu’elle préconise. En même temps, elle devrait être assortie de conditions ou précisions, notamment quant à la tarification des invendus distribués, la formation en matière d’Afsca d’un référent au niveau des services collecteurs, l’existence d’accord clair et harmonisé entre les magasins et ces services ainsi que des règles de répartition entre les services collecteurs. Elle gagnerait aussi à faire l’objet de mesure d’accompagnement pour les frais de personnel et d’équipement nécessaires à la collecte ainsi qu’au stockage des invendus afin de prévenir des goulots d’étranglement. Par ailleurs, s’ils sont techniquement compréhensibles, les seuils retenus pour les surfaces suscitent un questionnement au regard de l’expérience française. Dans une moindre mesure, il en va de même de l’absence de sanction en cas de dégradation délibérée d’invendus comestibles. Plus généralement, si elle est clairement positive, la proposition ne constitue pas un remède universel, une panacée. Elle ne devrait pas être invoquée pour exonérer la Région de poursuivre ses efforts en matière d’aide alimentaire.

jean-marc.rombeaux@uvcw.be

Problèmes spécifiques au personnel des maisons de repos essai d’inventaire et de réponse

Des problèmes spécifiques au personnel de maisons de repos se posent sans avoir une solution écrite explicite ayant caractère obligatoire. Ce constat a été fait au niveau de la Commission Grand Aga Intra-muros. Afin de tenter d’y apporter des éléments de réponse, la Commission a décidé de lister ces problèmes, de les formuler et d’y apporter autant que faire se peut une réponse claire. Dans une série de situations, un pouvoir d’appréciation continuera bien entendu à exister. Il a été tenté d’avoir un texte compréhensible par tout membre du personnel. L’avis juridique de l’Inspection du Travail sur celui-ci va être sollicité. Compte tenu de cet avis, le texte pourra être diffusé auprès des CPAS. S’ils le souhaitent, ils pourront en intégrer part ou totalité dans leur règlement de travail et/ou dans des notes de service. Nous vous tiendrons au courant.

jean-marc.rombeaux@uvcw.be

Formation

Wallonie

SECTEUR GÉNÉRAL

Introduction à la gestion des conflits

À destination des agents techniques dans les services IDESS

Lorsque l’on parle de formation des agents techniques, on pense souvent aux formations techniques, en oubliant qu’une des bases de bonne collaboration au sein de l’équipe, de l’institution et avec le client, est la communication. Il est nécessaire de pouvoir se faire comprendre, d’exprimer son désaccord et même de savoir gérer un conflit de manière la plus sereine possible quand il se présente.

Dates et lieux :
Huy : Les 5 et 20/12/2017 ;
Monceau-sur-Sambre : Les 15 et 20/12/2017.

Renseignements et inscriptions en ligne

Gérer des équipes

Travailler en équipe, cela s’apprend ; susciter l’envie de coopérer et de collaborer dans un cadre clair et cohérent en utilisant les talents de chacun, avec la nuance d’équité, (plus subtile que celle d’égalité) est un art au service du bien-être des travailleurs mais également de l’efficacité au travail. Ce serait dommage de ne pas s‘y intéresser.

Dates et lieux :
La Louvière : Les 5 et 19/02/2018 ;
Marche-en-Famenne : Les 6 et 20/02/2018 ;
Tihange : Les 26/03 et 7/05/2018 ;
Namur : Les 27/03 et 8/05/2018. 

Renseignements et inscriptions en ligne 

Changer le monde au quotidien avec le Développement du Pouvoir d’Agir

Cette formation s’adresse aux travailleurs sociaux qui, confrontés à un public aux multiples problématiques, souhaitent développer leur posture professionnelle, favoriser l’implication des personnes dans une dynamique respectueuse et émancipatrice et développer un travail social réflexif.

Le Développement du Pouvoir d’Agir des Personnes et des Collectivités répond à ces intentions.

C’est une approche qui place l’intention de remettre les personnes en mouvement dans le profond respect de ce qui est important pour elles.

Dates et lieu :
Namur : Les 22, 23/02, 29 et 30/03/2018.

Renseignements et inscriptions en ligne

Les travailleurs sociaux de CPAS face à la souffrance psychosociale des personnes

Les travailleurs sociaux sont amenés à accompagner des personnes vivant dans une situation sociale difficile depuis de nombreuses années. Certaines personnes développent une vulnérabilité psychique que les travailleurs ont du mal à cerner et à accompagner, car elles bousculent les référentiels habituels et sont difficilement mobilisables pour un accompagnement social. Entre la « maladie mentale » et la souffrance psychosociale, il importe de faire la différence, l’approche et l’accompagnement étant très différents.

Dates et lieux :
Mons : Les 1er, 11 et 18/12/2017 ;
Marbehan : Les 9, 29/01 et 19/02/2018.

Renseignements et inscription en ligne

Aide à la jeunesse

Le Service Droit des Jeunes de Namur et le Centre de Formation de la Fédération des CPAS vous invitent à la représentation de la pièce de Théâtre « Aire d’autonomie ».

Avec humour, intelligence et réalisme la troupe de théâtre « Starting Solo » met le projecteur sur les jeunes qui apprennent à vivre seuls.

Nous débuterons l’après-midi par une présentation du Protocole cadre de collaboration entre les CPAS et les Conseillers/Directeurs de l’Aide à la Jeunesse, et par quelques exemples de bonnes pratiques. La pièce de théâtre (d’une durée de 45min) sera suivie d’un échange entre les jeunes comédiens témoins de l’expérience de vie en autonomie et le public.

Date et lieu :
Namur : Le 28/11/2017 à 13h30

La représentation est gratuite mais la réservation est indispensable au 081/22.89.11 ou bien par mail : lub@sdj.be (Brokken Ludivine)

MAISON DE REPOS

Les disparitions des personnes âgées en maisons de repos ou à domicile au sein des CPAS

En tant que directeur/trice ou chef infirmier/ière d’une maison de repos ou responsable d’un service d’aide aux familles, peut-être avez-vous déjà été confronté à la disparition d’une personne âgée de votre service.

C’est la raison pour laquelle cette séance d’information vous est proposée afin de permettre aux différents acteurs des maisons de repos et/ou des services d’aide aux familles des CPAS de développer un protocole de coopération solide et fiable entre tous les intervenants concernés par la problématique des disparitions des personnes âgées.

Dates et lieux :

Mons : Le 12/12/2017 ;
Namur : Le 24/01/2018.

Renseignements et inscriptions en ligne

Formations à venir

Accompagner des demandeurs d’asile et/ou les personnes étrangères par le soutien de la communication interculturelle

Retrouvez toutes nos formations sur notre site: http://www.uvcw.be/espaces/cpas/formations/82.cfm

CPAS Plus – Novembre 2017

Dossier
Les rencontres énergie CPAS
Action politique
Les cpas font leur rentrée politique
Insertion
Exclusions du chômage quel impact sur les cpas wallons ?
Brasero, un soutien aux coopératives wallonnes
Pratiques juridique
RGPD – Nouveau règlement européen en matière de protection de la vie privée en quelques mots
Événement
Solidarités en questions et en actes : quelles recompositions ?
Pauvreté
Premier Plan wallon de lutte contre la pauvreté : qu’en est-il deux ans après son adoption ?
Législation

Cliquez ici pour vous abonner au CPAS Plus

Publications récentes