2017 06 Newsletter Fédération

Dans cette newsletter

Dossier en cours

Matières fédérales

Secret professionnel : vers un nouveau  » secret professionnel partagé  » ? –  » Pot pourri V «  

Le projet de loi Geens (pot-pourri V) a été adopté par la Commission de la justice [1].

Pour rappel, le texte actuel de l’article 458 du Code pénal est le suivant :

« Les médecins, chirurgiens, officiers de santé, pharmaciens, sages-femmes et toutes autres personnes dépositaires, par état ou par profession, des secrets qu’on leur confie, qui, hors le cas où ils sont appelés à rendre témoignage en justice ou devant une commission d’enquête parlementaire et celui où la loi les oblige à faire connaître ces secrets, les auront révélés, seront punis d’un emprisonnement de huit jours à six mois et d’une amende de cent euros à cinq cents euros ».

Le projet de loi prévoit trois changements importants en matière de secret professionnel.

Les deux premiers concernent directement l’article 458 du Code pénal :

  1. Une extension des exceptions possibles au secret professionnel. Ce n’est plus uniquement si « la loi oblige » . Le texte deviendrait « celui où la loi, le décret ou l’ordonnance les oblige ou les autorise », ce qui est potentiellement beaucoup plus large.
  2. Une augmentation de la peine pénale en cas de violation du secret professionnel. L’emprisonnement de « huit jours à six mois et d’une amende de cent euros à cinq cents euros » passerait de à « un an à trois ans et d’une amende de cent euros à mille euros ou d’une de ces peines seulement ».

Le troisième changement consisterait à introduire un nouvel article dans le Code pénal : un article 458 ter qui régirait la concertation de cas permettant des dérogations plus larges encore (ici même une autorisation motivée du procureur du Roi est suffisante) et introduirait une cause de justification légale.

Voici le texte adopté en commission de la justice.

En soi, inscrire dans la loi les conditions d’une cause de justification permet d’en dessiner les contours ce qui, parait positif.

Toutefois, ce qui est présenté ici comme étant un secret partagé ne l’est pas…

En effet, les conditions qui avaient été posées tant par la doctrine que par la jurisprudence nécessitaient que tous les intervenants soient soumis au secret professionnel mais aussi qu’ils poursuivent les mêmes objectifs, que le partage se fasse dans l’intérêt de la personne et avec son accord ce qui ne semble manifestement pas le cas dans les hypothèses envisagées par la modification de la loi (le projet de loi veut notamment donner un cadre aux CSIL).

Dernière remarque mais qui ne concerne pas directement les CPAS : le nouvel article 458 ter ne s’appliquera pas à « l’avocat en ce qui concerne la communication d’informations confidentielles de son client lorsque ces informations sont susceptibles d’exposer son client à des poursuites pénales » (nouvel article 458 quater).

D’après les travaux parlementaires (doc 54-2259/001, pp. 214-215), la volonté du législateur est de donner un « cadre clair et transparent pour la communication d’informations par les dépositaires d’un secret professionnel » : nous sommes dubitatifs sur le texte en l’état.

Le texte doit être examiné en plénière la semaine prochaine[2] : à suivre….

marie-claire.lodefier@uvcw.be

[1] En première lecture ce 2.6.2017 (doc 54-2259/009) et, en deuxième lecture le 13 d’après les éléments qui nous ont été communiqués oralement.

[2]Pour plus de précisions, veuillez consulter l’agenda sur le site de la chambre des représentants.

Article 60 = contrat de travail en matière de droit au séjour

Il revient à notre Fédération que certains CPAS, mais également certains services communaux population étrangère, considèrent encore le contrat de travail article 60 comme une aide sociale, lequel pourrait donc poser problème en matière de droit au séjour des résidents européens.

A l’occasion des dernières déclarations du Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken, au Parlement ce 3 mai 2017, nous faisons un bref rappel en la matière.

En effet, lors d’une question parlementaire posée par le député Benoît Hellings en 2015, le Secrétaire d’Etat répondait déjà que : « les travailleurs employés dans le cadre de l’article 60 de la loi du 8 juillet 1976 sont bel et bien considérés aujourd’hui par mon administration comme des travailleurs au sens de la directive européenne 2004/38 et sont donc autorisés au séjour sur base de ce type de contrat comme travailleur salarié. »

Dans la note de politique générale asile et migration du 24 novembre 2004, il était également indiqué -au point « 4.3.5.2. changement » : « concernant les citoyens de l’Union européenne, l’accent sera notamment mis sur les points suivants : la législation belge devra être mise en conformité avec les dispositions de la directive 2004/38/CE puisque la Commission européenne a édité une décision de non-respect de celle-ci. Un projet d’arrêté royal sera finalisé à cet effet. Depuis fin avril 2014, un employé sous contrat article 60§7 (emploi subsidié par un CPAS pour ouvrir le droit aux allocations de chômage ou acquérir de l’expérience professionnelle), est considéré comme un travailleur salarié à part entière. Depuis cette date, aucune décision de refus de séjour ne peut plus être prise sur cette base, hormis pour les exceptions d’ordre individuel. Cette politique, d’application depuis fin avril 2014, est pleinement poursuivie. »

Cette position vient encore récemment d’être confirmée à l’occasion d’une réponse, réservée par le Secrétaire d’Etat, Theo Francken, à une question de Madame Gwenaëlle Grovonius reprise dans le compte-rendu intégral de la Chambre des représentants de Belgique du 3 mai 2017 (CRIV54COM651).

Il ressort de la réponse de Theo Francken au point 14 de ce compte-rendu intégral qu’un travailleur en article 60 est bien un travailleur à part entière et que dès lors un contrat de travail article 60 ne doit pas être considéré comme une aide sociale et ne peut donc pas justifier le retrait d’un droit de séjour pour un citoyen européen.

Pour votre parfaite information,  voici le compte rendu intégral dont la question, abordée en point 14, se retrouve aux deux dernières pages.

ariane.michel@uvcw.be

Matières régionales

Fonctionnement : comptes et budget – rappel

Nous tenons à vous rappeler que l’article 89 de la loi organique du 8 juillet 1976 des CPAS prévoit l’obligation pour les CPAS d’arrêter chaque année leur compte budgétaire et de le transmettre au Gouvernement pour le 1er juin au plus tard sous le format d’un fichier SIC.

Malgré ce délai fixé au 1er juin, nous vous informons que vous avez encore la possibilité de transmettre votre compte 2016 au Gouvernement wallon et ce, pour la fin du mois de juillet au plus tard.

Pour rappel, la transmission de ces comptes n’a pas vocation de tutelle par le Gouvernement wallon dans la mesure où cette mission est expressément dévolue par la loi organique à la Commune. En effet, ces données sont nécessaires à des fins de statistiques. Début août, le Gouvernement wallon transmettra les comptes reçus à l’ICN en vue de la notification du solde SEC des administrations publiques.

Pour plus d’informations quant à la transmission des comptes et budgets des CPAS au Gouvernement, nous vous invitons à relire l’article du CPAS + du mois de janvier 2017 intitulé « Budget et compte des CPAS, ce qui change au 1er janvier 2017 »

stephanie.degembe@uvcw.be

Pacte pour l’Emploi

Dans le cadre du Pacte pour l’emploi, quatre réformes intéressent tout particulièrement les CPAS.

Où en sommes-nous ?

Réforme des aides à l’emploi
Le texte a été approuvé et il devrait entrer en vigueur le 1er juillet.  Nous vous renvoyons au site du SPW pour plus d’information sur les nouvelles aides.

Nous attirons l’attention des CPAS sur le fait que dorénavant le contrat article 60 ou 61 n’est plus assimilé à une période de demande d’emploi et que dès lors, ces nouvelles aides (hormis pour les moins de 25 ans n’ayant pas le CESS et les plus de 50 ans) ne pourront pas être activées dans la suite d’un contrat de travail.

Les arguments de la Ministre :

  • d’une part, de ne pas discriminer les chômeurs par rapport aux bénéficiaires des CPAS ;
  • d’autre part, d’éviter de provoquer une situation où il serait plus avantageux d’être bénéficiaire auprès du CPAS plutôt que de dépendre des allocations de chômage. Ce qui présentait, à son estime, le risque d’un afflux de personnes vers les CPAS.

Le Comité directeur de la Fédération des CPAS wallons reste en questionnement par rapport à cette disposition et le fera savoir.

Il est à noter également que certaines aides telles que l’Activa, le PTP, Start… n’existeront plus à partir du 1er juillet. Elles ne pourront plus être octroyées pour de nouveaux contrats mais une période de transition est prévue pour permettre à tous les contrats commencés d’aller à leur terme.

Réforme du financement des articles 60 et 61
Comme nous vous l’avions indiqué lors de la précédente newsletter, la Fédération avait été associée aux discussions relatives à la première note d’orientation de la Ministre à ce sujet. Le projet sur la table présentait des éléments positifs mais aussi des intentions qui ne nous semblaient pas aller dans le sens des CPAS.

Dès lors, nous menions des négociations avec le Cabinet de la Ministre qui semblaient prendre la bonne direction.
Les événements politiques de ces derniers jours mettent un temps d’arrêt à la réflexion en cours.
Il nous est impossible de communiquer plus en avant sur ce point à ce stade. Mais la Fédération suit ce dossier de très près et dès que des discussions reprendront elle veillera à être associée aux débats.

Réinscription des bénéficiaires du RI comme demandeurs d’emploi
Comme déjà annoncé dans une précédente newsletter, à partir du 1er juillet 2017, l’inscription comme demandeur d’emploi inoccupé auprès du Forem pour le public bénéficiaire du RI ne devra plus être renouvelée tous les 3 mois. Elle sera à durée indéterminée, tant que la personne est bénéficiaire auprès du CPAS.

C’est important puisque pour pouvoir être éligible aux futures aides à l’emploi wallonnes sous forme d’activation, deux conditions devront être rencontrées.

  • La première concerne la période d’inoccupation :
    - 6 mois pour l’impulsion -25 ans si détenteur au max d’un CESS ;
    - 12 mois pour l’impulsion 12 mois + ;
    - 18 mois pour l’impulsion Insertion.
    Pour le calcul de ces durées, le calculateur du Forem prendra aussi en compte les périodes de bénéfice du Revenu d’intégration sociale ou de l’Aide sociale financière sur la base de la présentation, aux conseillers en démarches administratives du Forem, d’une attestation précisant ces durées de bénéfice.
  • La seconde porte sur l’obligation d’être inscrit au Forem la veille de la date d’engagement dans le cadre d’un contrat de travail. Cette inscription peut se faire sur place, via le site internet du Forem ou par téléphone. Elle est nécessaire pour les personnes en recherche d’emploi et elle permet également de rencontrer les exigences fédérales prévues par la circulaire du 7 février 2014 concernant l’obligation pour les CPAS d’inscrire leurs bénéficiaires au service régional pour l’emploi.

Réforme des APE
Des discussions sont en cours et avant les événements de cette semaine, nous avions pris connaissance d’éléments plutôt positifs pour les CPAS, notamment quant à la neutralité budgétaire nécessaire pour les CPAS dans le cadre de cette réforme. Il nous reste à espérer que ces avancées seront confirmées lorsque le dossier reviendra sur la table par la suite.

sandrine.xhauflaire@uvcw.be

Convention-cadre CPAS Forem : Appel à projets 2018

Le Comité d’accompagnement de la convention-cadre s’est réuni afin, notamment, de finaliser l’appel à projets 2018.

Malgré les évènements politiques du moment, l’appel sera lancé dans les temps. Le dossier de candidature a été revu en fonction des remarques des CPAS et le nouveau document sera transmis aux membres des comités de suivi pour le 1er juillet. Les CPAS doivent communiquer ces dossiers aux Comités de suivi pour le 15 septembre.

L’examen des dossiers et la sélection par le Comité d’accompagnement régional est prévu pour le 15 décembre. Evidemment, cette date est susceptible d’être modifiée en fonction de l’actualité.

sandrine.xhauflaire@uvcw.be

Plan papy boom

Le Gouvernement wallon a annoncé un plan Papy boom sur base d’une note d’orientation approuvée le 24 mai dernier. Cette note n’est pas à ce jour publique. Sur base des informations officielles, le Comité directeur a adopté un avis sur celui-ci. Il distingue :

  •  les points positifs : 187 millions d’investissements, 677 lits et levée du moratoire, régulation sectorielle, partenariat, perméabilité entre arrondissements ;
  • les points qui posent question : constat d’une législation obsolète, démarché qualité, grille tarifaire, « prix all in » (dont l’inclusion du linge), plafond du nombre de lits ou places ;
  • le point qui pose problème : nouveau mode de subventions aux investissements ;
  • les questions qui sont peu (pas) abordées : transversalité, alternatives de soins, isolement social, assurance autonomie, normes MRS.

Cet avis va être communiqué au Ministre de la Santé ainsi qu’aux Parlementaires de la Commission compétente et sera sur notre site.

jean-marc.rombeaux@uvcw.be

Aide alimentaire – Projet d’arrêté

La Fédération a été sollicitée par le Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, Maxime Prévot pour remettre un avis sur un projet d’arrêté du Gouvernement wallon relatif à l’aide alimentaire. Elle a adopté un avis qui porte sur la programmation, l’agrément, le financement et l’accompagnement social. Il existe à ce jour des chiffres différents concernant l’existant. Dans ce contexte, n’est-il pas hasardeux de déjà figer une programmation ? Les règles proposées par la programmation ne couvrent pas l’existant.

La programmation devrait permettre aux structures existantes de fonctionner tout en laissant une marge pour l’arrivée de nouveaux acteurs. Un contre-argument possible est le budget : il ne permet pas de tout financer. A tout prendre, il nous semble préférable de permettre à une structure qui répond à un besoin de pouvoir continuer à le faire sans accéder à la nouvelle subvention plutôt que de lui imposer de fermer. La programmation ne peut aboutir à des discriminations sous-régionales. Si une épicerie sociale est agréée via le dispositif Idess en tant que magasin social, elle doit pouvoir continuer à fonctionner. Cela implique une programmation pour le financement. En matière d’agrément, les normes incendie de référence ne sont pas explicitées. L’octroi d’une subvention est appréciable. Dans le même temps, ses montants sont modiques et insuffisants eu égard à l’ampleur des problèmes constatés sur le terrain. Elle ne constitue ni une impulsion pour créer de nouvelles épiceries afin de répondre à un besoin croissant, ni une aide permettant une réelle professionnalisation du secteur. C’est d’autant plus vrai si l’on se souvient qu’un accompagnement social doit être assuré. Ainsi, pour une épicerie de catégorie 1, il faudrait assurer un accompagnement social à plus de 500 personnes avec 15 000 euros. Soit moins de 30 euros par personne. La notion d’accompagnement social n’est pas précisée ni dans l’arrêté, ni dans le décret. Pour la Fédération des CPAS, l’accompagnement social ne peut être fait que par un professionnel. En première analyse, nous pensons aux diplômes suivants : travailleur social, infirmier social, psychologue, éducateur. En vertu du principe de confiance, ce professionnel doit avoir le choix de son type d’action.

Cet avis va être communiqué au Ministre de l’Action sociale et sera sur notre site.

jean-marc.rombeaux@uvcw.be

Projet de circulaire budgétaire 2018 de la Région wallonne

La Fédération a reçu une demande d’avis par courriel le 18 mai 2017 du Cabinet du Ministre des Pouvoirs locaux, de la Ville et du Logement, Pierre-Yves Dermagne sur les projets de circulaire relative à l’élaboration des budgets des communes, de circulaire relative à l’élaboration et l’actualisation des plans de gestion et le modèle de circulaire budgétaire pour les CPAS. Elle a rencontré les représentants du Ministre le 7 juin. Elle a adopté un point de vue officiel le 15 juin. La concertation sur la circulaire budgétaire a été organisée plus tôt cette année, le 7 juin. Il s’agit de permettre le respect des nouvelles échéances : arrêt du projet de budget pour le 30 septembre, du budget pour le 31 octobre et transmission à la tutelle pour le 15 novembre. La Fédération des CPAS prône que la circulaire puisse être adoptée par le Gouvernement au mois de mai. Elle veut que la circulaire aux CPAS soit une circulaire régionale et que la référence en matière de douzième provisoire soit le texte réglementaire et non une mention qui ne repose que sur une circulaire. Elle entend que les CPAS bénéficient -comme les zones de police- de la faculté de crédit spécial de recettes vu qu’ils peuvent également être confrontés à des soucis de gestion et aléas qui empêchent de connaître avec précision les crédits budgétaires exacts. Moyennant un accord avec la commune, elle préconise qu’une alimentation ou création de provision et fonds de réserve puisse être acceptée si la dotation fixée au budget initial se voit dépassée.

Cet avis va être communiqué au Ministre des Pouvoirs locaux et sera sur notre site.

jean-marc.rombeaux@uvcw.be

Formation

Wallonie

SECTEUR GÉNÉRAL

Le modèle ComColors adapté au travail social

Les travailleurs sociaux sont confrontés à des situations de plus en plus nombreuses et complexes à la fois. Ils ont besoin d’outils nouveaux adaptables facilement aux situations rencontrées avec les usagers.

Le modèle ComColors peut répondre à ces nouveaux besoins en donnant des éclairages à travers des grilles de lecture simple de compréhension et surtout par une approche pragmatique. Les travailleurs sociaux peuvent en retirer des pistes concrètes directement utilisables sur le terrain et renforcer ainsi leur capacité de réaction et leur efficacité dans les réponses apportées aux usagers.

Dates et lieux :
Soumagne : Les 5 et 6/10/2017 ;
La Louvière : Les 23 et 24/10/2017 ;
Namur : Les 26 et 27/10/2017 (complet).

Renseignements et inscriptions

DEMANDEURS D’ASILE

L’accompagnement des Mena en phase de transition vers l’autonomie – 2016-2018

Epim logo

Grâce à un soutien de la Fondation Roi Baudouin et du Programme Européen pour l’Intégration et la Migration (EPIM), la Fédération des CPAS wallons s’est lancée dans un projet de deux ans sur la thématique des mineurs étrangers non accompagnés (MENA) et la transition vers leur autonomie.

Nous vous proposons une formation de cinq journées.

Dates et lieu :
Marche-en-Famenne : Les 21/09, 12/10, 26/10, 7/11 et 30/11/2017.

Renseignements et inscriptions en ligne

MAISON DE REPOS

Accompagnement des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer (intervisions)

Les personnes atteintes de troubles neurocognitifs majeurs – tels que les maladies de type Alzheimer – nécessitent un encadrement et un accompagnement individualisé spécifique. Ces maladies neurodégénératives entraînent des changements de personnalité qui peuvent s’avérer difficiles à gérer pour les aidants professionnels.

Pour prévenir ces situations et améliorer le sentiment de bien-être des professionnels de terrain, il est essentiel d’organiser des espaces de paroles, des séances d’intervisions, différentes des réunions d’équipes, et de permettre à ceux qui le souhaitent de déposer leurs difficultés, de partager leurs expériences, leur vécu et leurs « bonnes pratiques ».

Ces intervisions sont destinées en priorité aux aides familiales et les gardes à domicile, et sont organisées avec le soutien de M. le Ministre Maxime Prévot, Ministre des travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine.

Dates et lieux :
La Hulpe : Les 4/09, 5/10, 8/11, 21/12/2017 et une date à fixer ;
Liège : Les 8/9, 28/9, 10/11, 11/12/2017 et une date à fixer.

Renseignements et inscriptions en ligne

Être manager aujourd’hui avec la Process Communication®

Cette formation s’adresse aux directeurs de maison de repos, ainsi qu’au infirmiers-chefs.

Il est souhaité que les participants d’un même groupe n’aient pas de liens hiérarchiques entre eux.

Formation agréée par le SPF Santé Publique (complément fonctionnel pour la formation de base et la formation continue des infirmiers-chefs) et par l’AVIQ et la Cocom (formation continuée des directeurs de maisons de repos).

Dates et lieu :
Mozet : Les 3, 10 et 24/10/2017.

Renseignements et inscriptions en ligne

Retracer l’histoire de vie de la personne âgée par la pratique du récit de vie

La formation par le récit de vie questionne nos origines sociales, nos appartenances. Elle nous oblige à nous interroger sur nous-mêmes tout en écoutant les autres, différents ou semblables. Le récit de vie auprès des professionnels médicaux et sociaux contribue à renforcer les fondements éthiques et humanistes du travail psychosocial et des soins.

La recherche montre que l’établissement d’un récit de vie auprès des personnes en maison de repos ou en soins palliatifs permet d’une part de mieux accueillir et comprendre la personne âgée, mais aussi de ne pas intervenir auprès d’elle que dans les seuls actes du quotidien. Dans les soins palliatifs, elle contribue même à diminuer la douleur.

Se donner les moyens de connaître la personne en maison de repos globalement en ravivant ses souvenirs de vie dans une perspective de qualité relationnelle, tel est donc le but poursuivi par cette formation.

Cette formation fait l’objet d’une demande d’agréation auprès de l’AVIQ et de la Cocom dans le cadre de la formation continuée des directeurs de maisons de repos.

Dates et lieu :
Saint-Vaast : Les 3/10, 20/10 et 6/11/2017.

Renseignements et inscriptions en ligne

SERVICES D’AIDE AUX FAMILLES

Accompagnement des personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer (intervisions)

 

Les personnes atteintes de troubles neurocognitifs majeurs – tels que les maladies de type Alzheimer – nécessitent un encadrement et un accompagnement individualisé spécifique. Ces maladies neurodégénératives entraînent des changements de personnalité qui peuvent s’avérer difficiles à gérer pour les aidants professionnels.

Pour prévenir ces situations et améliorer le sentiment de bien-être des professionnels de terrain, il est essentiel d’organiser des espaces de paroles, des séances d’intervisions, différentes des réunions d’équipes, et de permettre à ceux qui le souhaitent de déposer leurs difficultés, de partager leurs expériences, leur vécu et leurs « bonnes pratiques ».

Ces intervisions sont destinées en priorité aux aides familiales et les gardes à domicile, et sont organisées avec le soutien de M. le Ministre Maxime Prévot, Ministre des travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine.

Dates et lieux :
Liège : Les 26/9, 28/11/2017 et trois dates à fixer.

Renseignements et inscriptions en ligne

ENERGIE

Isolation thermique des bâtiments

La formation vise à dispenser les principes de base de l’isolation thermique des bâtiments pour du bâti existant avec des moyens financiers limités.

Namur (ICEDD) : le 14/11/2017.

Informations et inscriptions

Formation de base administrative énergie

La formation de base administrative énergie s’adresse exclusivement aux travailleurs sociaux des CPAS qui n’ont aucune, voire peu, de connaissance du secteur de l’accès à l’énergie mais qui sont amenés à intervenir dans cette matière.

Nous y réviserons l’ensemble des notions de bases telles que l’index, les contrats de fourniture, le tarif social, le compteur à budget… mais aussi les principes des différents fonds (Fonds social chauffage, Fonds énergie, Fonds social de l’eau…).

Province du Hainaut : les 3 et 10/10/2017 (Centre IFAPME Charleroi  - Chaussée de Lodelinsart 417, 6060 Gilly).

Informations et inscription

Rencontres Energie CPAS (REC) – Faites le plein d’énergies !

La lutte contre la précarité énergétique, que concrétisent les CPAS, implique de nombreuses connaissances pour activer les leviers utiles, mobiliser les ressources des publics concernés et cerner les enjeux de cette large problématique.

C’est pour tenter de nourrir ce précieux travail que la Fédération des CPAS organise, annuellement, une journée d’information à l’attention de tous les travailleurs des CPAS impliqués dans l’accès à l’énergie. Les objectifs de ces journées seront de fournir une information précise sur diverses thématiques et de permettre un échange entre les différents acteurs de ce secteur.

Namur (Moulins de Beez) : le 12/09/2017.

Informations et inscription

Retrouvez toutes nos formations sur notre site: http://www.uvcw.be/espaces/cpas/formations/82.cfm

CPAS Plus – Juin/Juillet 2017

Dossier
Les CPAS face à la multiculturalité
Interview
Alain Vaessen : « Les CPAS doivent devenir le pivot des politiques sociales »
Bonnes pratiques
Plongeon au sein de l’expérience du CPAS de Namur
Se lancer dans l’aventure de l’insertion en entreprise ?
Législation
Libre propos
La Fédération accueille une nouvelle Conseillère, Marie Castaigne

Cliquez ici pour vous abonner au CPAS Plus

Dates à retenir – Informations diverses

Radioscopie 2017 des politiques d’insertion des CPAS wallons

La Fédération des CPAS wallons va envoyer, tout prochainement, au CPAS wallons via courriel, un lien leur permettant de répondre au questionnaire en ligne lié à la  » Radioscopie 2017 des politiques d’insertion des CPAS wallons « .

Nous vous remercions déjà pour vos réponses, plus qu’importantes pour fournir des données fiables et de qualité sur les actions menées par les CPAS mais aussi, pour mettre en valeur le travail remarquable réalisé par les CPAS en matière d’insertion.

Etats généraux de l’insertion – Insertion professionnelle et justice : la difficile équation 

La Fédération des CPAS organise ses états généraux de l’insertion le 26 septembre 2017, de 8h30 à 16h00, au sein de l’Arsenal à Namur.

Les invitations parviendront aux CPAS tout prochainement. 

Ouvrage – Changer le monde au quotidien. L’approche DPA-PC : récits d’expériences, analyses et regards critiques

La Fédération des CPAS va prochainement sortir un ouvrage collectif sous la direction de Brigitte Portal, Valérie Desomer et Bernard Dutrieux.

Le Développement du Pouvoir d’Agir est aujourd’hui au centre des questions méthodologiques en intervention sociale et au-delà de la réflexion sur la finalité des pratiques de l’accompagnement. Phénomène de mode ? Pratique révolutionnaire ? Ou simplement retour à des pratiques anciennes du travail social ?

Les uns encensent une approche qui redonne sens à leur travail dans le même temps où d’autres lui nient tout intérêt nouveau. D’autres encore l’examinent avec une bienveillance critique.

Rassemblés autour de l’Association Internationale pour le Développement du Pouvoir d’Agir (AIDPA, asbl), des chercheurs, formateurs et surtout des praticiens de différents pays ont présenté leur expérience lors du 2e congrès international qui s’est tenu à Bordeaux en octobre 2015. Nous avons souhaité prolonger ces travaux sur les changements perçus par ceux qui expérimentent cette approche tant sur les personnes accompagnées que sur les équipes ou les organisations. 16 expériences présentées par 20 contributeurs donnent à voir ce qu’ils font concrètement de cette approche, tout à la fois rigoureuse pour accompagner la complexité des situations et ouverte dans ses objectifs puisqu’il faut au moins lui reconnaître la vertu de ne jamais prédire à l’avance le chemin et le résultat d’un accompagnement. Le guide, c’est ce qui est important pour la personne ! Ces témoignages sont complétés par des réflexions critiques d’auteurs issus du réseau DPA PC et d’autres qui lui sont extérieurs.

Participer à notre mesure à changer le monde petit et grand dans notre travail de tous les jours avec les personnes est un projet ambitieux qui est à même de réintroduire du sens dans nos activités et nos relations, que ce soit en tant qu’intervenant, cadre, formateur, chercheur ou citoyen.

Prix : 29 euros (344 p.)

Renseignements : valerie.desomer@uvcw.be

C’est officiel, LeClicRecup.be est lancé !

LeClicRecup_Logo

RESSOURCES présente officiellement LeClicRécup.be, plateforme web qui a pour objectif de faciliter le don de biens usagés et l’achat de biens de seconde main entre d’une part, les citoyens, entreprises publiques ou privées  et d’une part, les entreprises d’économie sociale de la réutilisation. Ce projet est soutenu par les Cabinets des Ministres bruxellois et wallon de l’Environnement, Céline FREMAULT et Carlo DI ANTONIO.

Informations

Publications récentes